Copy
Afficher cet e-mail dans un navigateur

- 17 mai -
Journée Internationale
de Lutte Contre
l’Homophobie,
la Lesbophobie,
la Biphobie et
la Transphobie

 

Le 17 mai, sortez vos drapeaux LGBT
sur vos fenêtres et vos balcons

unie·x·s contre les discriminations !

 
>>> Liens vers des podcasts et vidéos en fond de page >>> clic

par Luttes Queer Vaud

Le 17 mai 1990, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) retirait l’homosexualité de la liste des maladies mentales. Les transidentités n’ont été retirées de cette même liste que le 27 mai 2019, soit il y a un an. Cela fait donc seulement trente ans que les personnes homosexuelles ou bisexuelles ne sont  officiellement plus considéré·e·x·s comme malades et cela sans parler des transidentités !

Nous, personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres, manquons encore beaucoup de visibilité et de droits. Il reste encore un long chemin à parcourir dans le but d’en finir avec toutes les violences physiques, morales ou symboliques liées à l’orientation sexuelle ou à l’identité de genre.

En 2020, les personnes issues des communautés LGBTQIA+ (lesbiennes, gays, bi·e·x·s, trans*, intersexes, queer, asexuel·le·x·s et pansexuel·le·x·s) sont toujours discriminées de manière violente sur tous les continents. Dans certains pays, elles risquent la peine de mort ou la détention à perpétuité. Une recrudescence de propos ouvertement anti-gays et anti-féministes par des mouvements réactionnaires est observée dans certaines régions.

Pour les personnes trans*, malgré les quelques avancées, on constate toujours une invisibilisation et une non-reconnaissance de ces identités à tous les niveaux. Ceci engendre notamment des parcours de transition pathologisant et traumatisant ainsi qu’une vulnérabilité accrue notamment face aux violences de genre, à la maltraitance administrative ou à l’accès au soin.

En Suisse, la population a accepté le 9 février dernier d’élargir le champ d’application de la norme antiraciste à toute discrimination fondée sur l’orientation sexuelle. Mais les discriminations, tant légales que sociétales, sont encore nombreuses. Mariage, accès à la parentalité, égalité de traitement face aux assurances sociales, les couples homosexuels ne bénéficient pas des mêmes droits que les couples hétérosexuels.

En ce qui concerne les transidentités, le constat est encore plus alarmant. L’extension de la norme antiraciste ne s’applique pas à la transphobie, l’identité de genre étant jugée comme une notion “trop floue”. En raison de leur visibilité à bien des égards non conforme à la norme sociétale, les personnes trans* font plus facilement face à des conditions de vie précaires, et le taux de chômage au sein de la population trans* est près de cinq fois supérieur à la moyenne suisse.

En ce 17 mai 2020, il est plus qu’important de rappeler que la lutte contre l’homophobie et la transphobie est une lutte de tous les jours pour les personnes concerné·e·x·s. Nous sommes libres de nos orientations sexuelles et de nos identités de genre ; elles nous appartiennent ! En tant que féministes, nous dénonçons ce système cis-hétéro-patriarcal qui nous oppresse ! Le féminisme et les luttes contre le sexisme, le racisme, l’homophobie et la transphobie vont de pair. C’est par le soutien de l’ensemble de la société que nous pourrons faire avancer les choses.

Tous·te·x·s ensemble le 17 mai,
ne lâchons rien !



 


........................................................................des idées d'écoutes et de lectures
 


« Les mauvais genres :
trans et féministes »,
Un podcast à soi, de Charlotte Bienaimé, Arte radio




Le podcast de Vogay,
Récit(f)s d’Hippocampes, par le Groupe Jeunes de Vogay.


« La Honte »,
ContraPoints, par Natalie Wynn,
Le coming out lesbien d'une femme trans et la contrainte à l’hétérosexualité.
(vidéo en anglais, sous-titres en français)




« Médecine, la fabrique des corps »,
Camille, par Camille Regache,
Binge audio

Transidentité:

Un appartement sur Uranus, Paul B. Preciado, 2020 (essai)

Les Argonautes, Maggie Nelson, 2017 (essai)

Appelez-moi Nathan, Catherine Castro et Quentin Zuttion, 2018 (bande dessinée)

Eclat(s) d’âme, Yuhki Kamatani, 2015, traduction 2018 (manga)

Celle que je suis, Suwaru Koko / Bingo Morihashi 2016, traduction 2019 (manga)

Intersexuation:

Middlesex, Jeffrey Eugenides, 2002 (roman)

Annabel, Kathleen Winter, 2010 (roman)
Facebook
Website
Email
YouTube
Copyright © 2020 grève féministe, All rights reserved.


Mettre à jour les préférences de réception ou se désinscrire de cette newsletter.

Email Marketing Powered by Mailchimp