Copy
Voir ce message dans votre navigateur

Le point sur la rentrée universitaire 

Chères collègues, chers collègues,

Encore une fois, nous nous apprêtons à entamer une rentrée universitaire sous le signe de la pandémie. Bien que nous ayons toutes et tous espéré que la rentrée soit la plus normale possible, la récente résurgence de cas inquiète et incite à la prudence pour protéger la santé de tous les membres de la communauté universitaire.

Dans ce contexte éprouvant, le SGPUM reconnaît avec fierté la contribution du corps professoral à maintenir la qualité de l’enseignement et de la recherche au sein de notre université. Il se réjouit également des gains qu’il a pu obtenir pour atténuer le plus possible l’impact de la pandémie sur les conditions de travail des membres, notamment par le biais de dix lettres d’entente. Cependant, l’Exécutif du syndicat éprouve toujours une grande insatisfaction sur trois points :

  1. Le refus de la direction de l’Université de négocier le retour en présence sur le campus et dans les salles de classe avec le SGPUM, seul représentant syndical du corps professoral, notamment pour assurer un environnement sécuritaire pour l’ensemble de la communauté universitaire et pour convenir de la meilleure façon d’adapter les mesures gouvernementales à la réalité de notre université;
  2. La décision de la direction de l’Université d’ignorer en grande partie les demandes de soutien et d’accommodement exprimées par le corps professoral, notamment les demandes d’enseigner un ou des cours à distance au trimestre d’automne;
  3. Le non-respect de certains termes des lettres d’entente, notamment ceux en lien avec l’autonomie des professeur·e·s quant aux modalités d’enseignement.

La résolution de la séance extraordinaire du Conseil syndical de juin 2021 revient d’ailleurs de manière éloquente sur ces enjeux.

À plusieurs reprises au printemps dernier, le SGPUM a demandé à la direction de l’Université que le trimestre d’automne en soit un de transition afin de permettre une sortie de crise progressive, qui tient compte du contexte sanitaire général, mais aussi de l’essoufflement du corps professoral et de la situation particulière de chaque membre. Or, malgré la pandémie qui perdure et les préoccupations exprimées par plusieurs professeur·e·s, la direction de l’UdeM annonce que la « session d’automne 2021 se déroulera sur nos campus, en présentiel », arguant devoir se conformer aux directives gouvernementales et adoptant ainsi une attitude légaliste désincarnée face aux défis de sa communauté. Pourtant, d’autres universités ont décidé de se doter d’une marge d’interprétation dans l'application des directives gouvernementales pour mieux répondre aux besoins de leur communauté. À titre d’exemple, l’Université Laval a décidé de s’en tenir à son scénario initial et de prévoir un trimestre de transition pour cet automne.

Devant cet état de faits, le SPGUM poursuit ses actions pour défendre les conditions de travail de ses membres et leur assurer un environnement de travail sécuritaire, notamment grâce au travail de ses comités paritaires. Voici un résumé des activités en cours et à venir prochainement.
 

Comité paritaire Santé et sécurité au travail (comité SST)

Le comité SST, composé des représentations du syndicat et de la direction de l’UdeM, s’est réuni le 17 aout 2021. La délégation du SGPUM au comité paritaire se félicite de la position prise par l’UdeM d’obliger le port du masque de procédure pour toutes et tous dans les salles de classe avant même que ne l'exige le gouvernement, de même que de la promesse faite d’améliorer l’aération des locaux, par tous les moyens pertinents, et de vérifier les niveaux de CO2 durant les cours. Cependant, elle juge ne pas avoir obtenu toutes les réponses à ses questions et demande à la direction d’être encore plus proactive, transparente et prudente dans ses actions. Elle propose les mesures suivantes pour une rentrée plus sécuritaire :

  • davantage de cliniques de vaccination sur les campus à Montréal et ailleurs, et sur une plus longue période (idéalement deux semaines);
  • des tests de dépistage rapides sur les campus, pour utilisation sur une base volontaire, pour l’ensemble des membres de la communauté universitaire et plus particulièrement pour les personnes ayant des symptômes ou ayant été en contact avec une personne infectée;
  • une plus grande diligence du traitement des accommodements pour des raisons de santé.
Elle demande également d'être informée des procédures qui seront mises en place pour gérer les éclosions ou pour accommoder les membres de la communauté universitaire qui devront se placer en quarantaine. 
 

Comité paritaire des griefs (CPG)

Le CPG est aussi composé de représentations du syndicat et de la direction. Depuis le début de la pandémie, les représentantes du SGPUM ont accompagné et défendu les membres individuellement dans leurs demandes d’accommodement et de soutien, en utilisant tous les moyens et outils nécessaires. Elles surveillent également le respect des termes des lettres d’entente en lien avec la pandémie.
 

Comité de négociation des conditions de travail des professeur·e·s pendant la pandémie  

Ce comité paritaire est celui qui traite les demandes collectives du SGPUM en lien avec la pandémie. C’est au sein de ce comité qu’ont été négociées les dix lettres d’entente. Une rencontre a été sollicitée par le SGPUM le 13 août dernier afin de discuter à nouveau de la rentrée 2021. La rencontre aura lieu le mardi 24 août.


En attendant des gains collectifs à nos demandes, l'Exécutif vous recommande de veiller à ce que l’Université vous offrent des conditions de travail qui respectent ses obligations, lesquelles incluent notamment :

  • Offrir un environnement de travail sain et sécuritaire. Par exemple, si vous redoutez de participer à une activité en personne, comme une assemblée de département, vous pouvez signifier à votre direction votre inquiétude et l’inviter à considérer un format bi-modal pour l’organisation de cette activité.
  • Donner une charge de travail raisonnable. Par exemple, si on vous demande d’accommoder des étudiant·e·s qui ne peuvent venir aux séances de cours en présentiel, vous pouvez demander du soutien; si on vous demande de passer à un mode multimodal, vous pouvez demander une prise en charge par un·e auxiliaire technique.
  • Respecter l’autonomie des professeur·e·s de déterminer leur mode d’enseignement. Si vous souhaitez que votre cours se donne à distance, vous pouvez le demander à la direction de votre unité, nonobstant tout message de votre faculté ou département vous donnant une liste de raisons « acceptables » pour qu'une telle demande soit jugée recevable. 

Comme toujours, nous vous invitons à nous communiquer toute situation problématique que vous vivez dans le cadre de vote travail en nous écrivant au sgpum@umontreal.ca.


Solidairement,

L'Exécutif

 

Facebook
Site Web






This email was sent to <<Email Address>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
Syndicat général des professeurs et professeures de l'Université de Montréal · 3060 Edouard-Montpetit · Montreal, Qc H3T 1J7 · Canada