Copy
Consulter cette newsletter en ligne pour visionner les photos :https://us20.campaign-archive.com/?u=45bcb63963e00b3e5cb0777be&id=ec0875b1a3

 
Journal de bord "Le Temps du Regard"
N°26 - 30 avril 2020

Au temps du Coronavirus
La phrase du jour
 " La vie se goûte à l'appétit de tous les jours "
Marc Levy
Des nouvelles de nous
 
Les domiciles partagés font leur course au marché
 
Véronique était très très chargée ! Elle a du faire ses achats en deux fois ce mercredi.

Depuis le confinement, notre organisation pour les courses est un peu plus compliquée. En effet, les files d'attente au marché sont bien plus longues et tous nos commerçants habituels ne sont pas présents. 
Habituellement nous faisons des courses sur internet, une fois par semaine : le drive, mais en ce moment c'est plus compliqué. C'est donc une organisation au jour le jour. On s'adapte... 
Il semblerait que cela revienne à la normale, nous avons pu passer notre commande "drive" hier. Voilà, les professionnels rassurés car il fallait des muscles pour pousser l'énorme caddie au magasin !!
Des nouvelles de vous


Si le confinement est un mal nécessaire encore jamais vécu, il nous permet quand même de vivre des moments forts, comme ceux partagés au quotidien avec le Journal de Bord du Temps du Regard. Et je dois avouer que je deviens ‘accro’ au feuilleton Le Pangolin et le Pingouin lent d’Albert Lemant.
Quelle imagination ! Et quelle fantaisie ! Tchang-Lu, Tulurgglurkuk, Billiwong Billidong, Acocoyotl Polichtitli, Moussa Moussa et depuis peu Giuletta Malatesta, j’attends 14h pour lire les aventures de tous ces personnages qui me fait bien rire.
Et je suis aussi très heureux d’avoir des nouvelles des personnes accompagnées et des activités qu’elles peuvent partager.
Maintenant, il va falloir apprendre à vivre avec ce virus et à changer nos habitudes relationnelles… pour quelques temps encore !
Mais, comme le disait ma grand-mère, où il y a de la vie il y a de l’espoir !
Xavier, membre de la commission communication pour le projet Botrel

Aidez-nous à tisser un lien solidaire
Comment vivez-vous cette période de confinement ?

Envoyez-nous une photo et petit mot, racontez-nous votre quotidien!
Un chapitre du conte : Le Pangolin et le Pingouin lent
Une oeuvre littéraire débutée au premier jour du confinement par Albert Lemant, artiste écrivain et illustrateur. A l’origine, ce texte a été pensé pour distraire ses petits-enfants mais tout ce qui est partagé fait du bien ! 
Chapitre 36.

Il fallut une bonne dose de diplomatie à Tchang-Lu pour rétablir le calme.
Inutile de dire que les tigres ne voyaient pas d’un bon œil un léopard s’immiscer sur leur territoire. Le léopard quant à lui évoquait la clause d’entraide entre félins en cas de problèmes vestimentaires, clause dont évidemment les tigres n’avaient jamais entendu parler. Les griffes étaient sorties, les dents prêtes à mordre. Tchang-Lu s’interposa.
« Ecoutez les matous, dit-il, il va falloir vous calmer. Lao-Tseu a dit : 
«  Quand le tigre éternue le léopard se mouche et quand le léopard se mouche c’est le tigre qui éternue !». Les fauves restèrent interloqués par tant de sagesse. Il continua : « De la peinture, il y en aura pour tout le monde. Vous avez été, les uns comme les autres, abusés par ce maudit pangolin, avec toutefois un peu de légèreté de votre part…» Les matous grommelèrent. « Mais comme je me sens un peu responsable de ce chaos, je dois y remédier, pour les uns comme pour les autres. » Il reprit donc son encre et ses pinceaux et s’installa. 
« Monsieur le léopard, asseyez-vous je vous prie…
« A une condition, dit le tigre, je ne pisserai pas sur la peinture que vous utiliserez pour ce chaton d’opérette !
«  Manquerait plus que ça, grinça le léopard, je vais pisser tout seul sur MA peinture !...
«  Eh quoi, hurla Jerry Khan, elle n’est pas assez bonne pour toi, notre pisse ?!.. »

Tout allait dégénérer lorsque, sans crier gare, deux hyènes rayées, mais sans rayure, firent leur apparition. 
« C’est ici qu’il est le docteur des rayures, c’est ici qu’il est ? » glapirent-elles en ricanant. 
« Le docteur, je ne sais pas…mais le boucher, il n’est pas  bien loin » murmura Jerry Khan en se pourléchant les babines.

« Place ! Place ! fit une toute petite voix ! Poussez-vous gros lards ! Vous ne voyez pas qu’il y a urgence ! » 
C’était une minuscule coccinelle, toute rouge, mais sans aucune tache noire. Elle venait de se poser sur la main de Tchang-Lu. 
«Vous n’allez pas le croire, fit elle essoufflée, je faisais tranquillement une partie de dominos, quand soudain mon adversaire….
«  S’est enfui avec les taches noires des dominos et avec les vôtres aussi ! »
Répondirent en cœur les tigres, les deux hyènes et le léopard.
« Oui c’est ça ! Comment le savez-vous ? fit la coccinelle.
« Celui qui joue avec le pangolin est plus idiot que le plus idiot des ânes, mais celui qui répare les dégâts est encore plus idiot ! » dit Tchang-Lu !
« Qui a dit ça, demanda la coccinelle, Lao-Tseu ?
« Non, c’est moi ! » soupira Tchang-Lu. 

Et il se remit au travail…



 Vous avez manqué les chapitres précédents...pas d'inquiétude, les chapitres d'ores et déjà diffusés dans la newsletter quotidienne sont compilés sur notre site internet : https://www.letempsduregard.org/articles.php?lng=fr&pg=4333 
Participez à un échange culturel et récréatif
A vos crayons et appareils photos pour illustrer ce chapitre
Vous pouvez nous transmettre votre production par mail à : ludivine.goyet@letempsduregard.org
 Ensemble vivons nos différences.
Rejoignez-nous sur Facebook Rejoignez-nous sur Facebook
Notre site Notre site






This email was sent to <<Email Address>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
Le Temps du Regard · 15 rue de la Marbaudais · Rennes 35700 · France

Email Marketing Powered by Mailchimp