Copy
Consulter cette newsletter en ligne pour visionner les photos : https://us20.campaign-archive.com/?u=45bcb63963e00b3e5cb0777be&id=c707e8ba1f
 
Journal de bord "Le Temps du Regard"
N°21 - 23 avril 2020

Au temps du Coronavirus
La phrase du jour

" Le plus difficile c'est de décider d'agir, le reste ne tient qu'à la persévérance " 
Amélia ARHAT

Des nouvelles de nous
Le confinement amène des nouveautés : les domiciles partagés se mettent au numérique !

Le temps est long sans voir ses proches... !
Entendre la voix de sa famille, c’est bien, mais la voir c’est encore mieux !
Voir les visages sur l’écran rend l’échange plus concret.
Le matériel est adapté aux personnes et l’accès est accompagné par les professionnels.

La maman de Gwenaëlle l'appelle régulièrement et Claudine a pu aussi parler à son frère par ce biais.
Nous avons également fait une visio avec des professionnels qui ne travaillent plus en ce moment comme avec Pierre et Anne-Cécile.


Cette démarche familiarise les personnes au numérique tout en favorisant le lien social !
 
Des nouvelles de vous

Bonjour,
Nous allons bien.
Comme vous, nous vous transmettons ce que l'on fait pendant le confinement, lié au Covid 19.
(cf en photo les décorations de Pâques)

A bientôt,
Brigitte et Marcel 

Aidez-nous à tisser un lien solidaire
Comment vivez-vous cette période de confinement ?

Envoyez-nous une photo et petit mot, racontez-nous votre quotidien!
Un chapitre du conte : Le Pangolin et le Pingouin lent
Une oeuvre littéraire débutée au premier jour du confinement par Albert Lemant, artiste écrivain et illustrateur. A l’origine, ce texte a été pensé pour distraire ses petits-enfants mais tout ce qui est partagé fait du bien ! 
Chapitre 30.

« Moussa Moussa mon très cher hôte, tu es bien le pire nid que j’ai occupé depuis longtemps ! grogna le petit macaque en prenant un air fort mécontent, vraiment le service n’est plus ce qu’il était ! Je me souviens d’un temps où l’on n’était pas réveillé par des menaces stériles… » 
Le petit macaque fit semblant de bailler. « C’était un temps où l’on vous offrait des dattes, des noix de cajou ou un criquet-glousseur en guise de petit déjeuner, enfin, on était mieux considéré… »
« Tais-toi macaque, tu vas vraiment finir par me fatiguer avec tes jérémiades, fit Moussa Moussa plus amusé qu’en colère, prends plutôt une tasse avant que je ne me fâche et considère que tu devrais être reconnaissant de dormir sur ma tête, près de mes rêves, plutôt que dans mon ventre, près de mes gaz… 
« Mais comment-donc que je te suis reconnaissant ô immense Moussa, mon Moussa mille fois chéri, mon protecteur béni des dieux et super pourfendeur des démons et grand ami des pauvres macaques stupides et…
«  Stop ! » La voix de Moussa Moussa était montée d’un ton. Le macaque se recroquevilla net. « Stop, ça suffit maintenant ! Ferme ton clapet cinq minutes et regarde autour de toi. Qu’est-ce que tu vois ? »
Les yeux exorbités de peur du macaque firent le tour de la case. «  Eh bien…Eh bien, ô grand Moussa…je…je ne vois…rien du tout !
« C’est ça macaque, tu ne vois rien du tout parce qu’il n’y a plus rien à voir…
Il hurla : «  Les masques sont partis ! »
Il pointa son index décharné sur la poitrine du singe qui, s’’il avait pu s’enfouir sous terre, l’aurait fait. « Je me doutais que cela arriverait. Mais pas si vite…Et quelque chose me dit que tu en sais plus que ta petite bouche tordue veut bien le dire…Je me trompe ?
Le singe hésita. L’ombre de Moussa Moussa grandit, grandit et emplit la pièce jusqu’à en obscurcir toute lumière. Le singe n’hésita plus.
« Bon…c’est vrai, pleurnicha-t-il, je les ai vus filer…Mais je n’y suis pour rien. Ils étaient trop nombreux. Qu’est-ce qu’un pauvre petit macaque comme moi aurait pu faire ? Si je leur avais barré la route ils m’auraient écrabouillé comme une vulgaire limace. Beurk, c’est dégoûtant une limace écrasée, non ?
« Mais alors, qui les a aidés ?
« Je suis un lâche, je suis un lâche, bredouilla le singe en se tenant la tête.
« Qui ? explosa Moussa Moussa.
« Elles, ce sont elles !.. » gémit le macaque. Il désigna un coin de la case.
« Désolé les filles, je suis un lâche, je suis un lâche…. »

Dans le coin de la case, trois fourmis se faufilaient sous la porte…



 
 Vous avez manqué les chapitres précédents...pas d'inquiétude, les chapitres d'ores et déjà diffusés dans la newsletter quotidienne sont compilés sur notre site internet : 
https://www.letempsduregard.org/articles.php?lng=fr&pg=4333 
Participez à un échange culturel et récréatif
A vos crayons et appareils photos pour illustrer ce chapitre
Vous pouvez nous transmettre votre production par mail à : ludivine.goyet@letempsduregard.org
 Ensemble vivons nos différences.
Rejoignez-nous sur Facebook Rejoignez-nous sur Facebook
Notre site Notre site






This email was sent to <<Email Address>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
Le Temps du Regard · 15 rue de la Marbaudais · Rennes 35700 · France

Email Marketing Powered by Mailchimp