Copy
Consulter cette newsletter en ligne pour visionner les photos : https://us20.campaign-archive.com/?u=45bcb63963e00b3e5cb0777be&id=ac1bf83d57
Journal de bord "Le Temps du Regard"
N°6 - 1 avril 2020

Au temps du Coronavirus
La phrase du jour

" Le bon, le beau, le vrai, s'enthousiasment "
Platon

Des nouvelles de nous

Qui va se régaler aujourd'hui ? Ce sont les résidents des domiciles partagés !

Des fraises, provenant d'une maraîchère de Chavagne ont été livrées par Catherine, une administratrice bénévole. Sitôt livrées, sitôt préparées, il n'y a plus qu'à les déguster !
Pendant le confinement, on a le temps de se régaler.
Au Temps du Regard, on a toujours apprécié les bons petits plats faits maison... Aujourd’hui, on prend encore plus le temps de les savourer !
On respecte les distances entre chacun, pour cela nous avons ajouté une table supplémentaire.
      

Gwenaëlle, à la Cour aux Bretons (Pacé) a hâte de déguster le Tiramisu (une autre gourmandise réalisée dans nos cuisines).


Il y a quelques jours, aux Huniers (Montgermont), c'était jour de fête à table : Hamburger - frites au menu pour tous !


Nous lançons un appel à vos idées de recettes de printemps pour régaler les papilles de nos résidents !
Transmettez vos recettes à Stéphanie, coordinatrice des Huniers : coordination-leshuniers@letempsduregard.org

Des nouvelles de vous
Nos entreprises mécènes nous donnent de leurs nouvelles.
Une réalité de terrain partagée entre mouvance et insécurité. 

Bonjour,
En ce qui concerne notre entreprise nous respectons également les mesures gouvernementales.
L’ensemble de l’entreprise est fermée pour cette période de confinement.
En ce qui me concerne, je fais un peu de télétravail pour rester en contact et ne pas prendre trop de retard au redémarrage de l’activité. Je suis avec ma maman qui a 78 ans et que j’héberge en ce moment durant cette période de confinement. Petit clin d’œil avec nos masques …
Masque que ma maman a eu du mal à accepter mais que j’oblige à mettre les très rares fois où nous sortons pour les courses de première nécessité. Et surtout pour son moral !
Nous devons intervenir sur Les HUNIERS et aux ACANTHES (renouvellement, réparation des cuisines), les interventions restent bien entendu programmées mais seront décalées d’autant. Je ne manquerai pas de vous tenir informée afin que vous puissiez vous organiser de votre côté.

Isabelle Darcel, entreprise Schmidt (Melesse)

 
Bonjour,
Merci de nous donner de vos nouvelles et d’en prendre également !
Les activités se poursuivent pour le moment car le gouvernement demande aux sociétés qui peuvent continuer à produire dans de bonnes conditions de sécurité de le faire.
Mais si cela se fait, ce n’est pas toujours très facile car une partie du personnel est en arrêt ou en télétravail… quant aux autres, ils s’interrogent sur la suite des événements et pensent bien-sûr à leur santé. Nous n’avons aucune visibilité sur les ruptures en approvisionnement, sur les transports et sur les décisions gouvernementales à venir. Nous nous interrogeons aussi sur l’évolution du carnet de commandes dans les semaines et mois à venir (annulations, stagnation, reports, etc…).
Pour faire simple, on navigue un peu à vue !
Prenez bien soin de vous, des personnes accompagnantes et des personnes handicapées.

Francis L’Huillier, Sodalec (Pacé) et Sodalec distribution (Rennes)
Aidez-nous à tisser un lien solidaire
Comment vivez-vous cette période de confinement ?

Envoyez-nous une photo et petit mot, racontez-nous votre quotidien!
Un chapitre du conte : Le Pangolin et le Pingouin lent
Une oeuvre littéraire débutée au premier jour du confinement par Albert Lemant, artiste écrivain et illustrateur. A l’origine, ce texte a été pensé pour distraire ses petits-enfants mais tout ce qui est partagé fait du bien ! 
Chapitre 8.

Perdu continuellement dans ses pensées, Tchang-Lu marchait depuis trois semaines le long de la Grande Muraille. Rien ne l’arrêtait, ni les pluies torrentielles, ni les tempêtes de sable, ni les orages de grêle. Il ne s’octroyait que peu de temps de repos, à peine pour dormir, à peine pour se nourrir. A vrai dire il ne se préoccupait guère de manger, quelques grains de riz et une tasse de thé faisaient l’affaire. Mais il avait une autre façon de s’alimenter. Lorsqu’au détour du chemin il apercevait un rossignol posé délicatement sur une branche de cerisier, il s’arrêtait net, sortait son encrier, ses pinceaux et son rouleau de papier ; il s’asseyait et, prenant le temps nécessaire, il dessinait la scène. 
Pareil quand il passait sous une somptueuse cascade ruisselante, ou encore devant un champ de jonquilles. Tchang-Lu était peintre avant tout, ses yeux et ses doigts nourrissaient autant son âme que son ventre.
Il ne parlait à personne, évitant les contacts des hommes.  Sa disparition devait avoir fait grand bruit à la capitale et il préférait que sa quête du pangolin reste secrète. 
Secrète ? Pas tout à fait en vérité. Car s’il n’avait aucun échange avec les humains il n’en était pas de même avec les arbres et les fleurs.
Dés le premier jour en effet un grand chêne contre lequel il s’était assis lui avait gentiment suggéré : «  Quand tu  te lèveras vieux feignant il te faudra faire trois cent li à droite et deux cent chi à gauche, sinon c’est le ravin, j’dis ça j’dis rien… ».
Ensuite, à chaque hésitation sur la direction à suivre, il se trouvait toujours une fleur, une feuille , une herbe pour le remettre sur le bon chemin. 
Il avait fini par s’habituer à cet accompagnement particulier. 

Et puis un  jour, il finit par arriver aux pieds de la mère de toutes les montagnes. L’Himalaya ! La fatigue commençait à se faire sentir. Le doute s’insinuait peu à peu. Le froid arrivait, la neige commençait à tomber à gros flocons. Etait-il vraiment sur la bonne route ? Pour l’instant aucune trace de l’animal disparu. C’est un minuscule myosotis qui lui redonna l’espoir.  Petit espoir à vrai dire mais espoir tout de même qui se résuma à une phrase mystérieuse murmurée au raz du sol et que Tchang-Lu inscrivit aussitôt sur son carnet.  La phrase était celle-ci :
« Lorsque tu atteindras le sommet de la montagne blanche, pour avoir des nouvelles du pangolin, il te faudra trouver l’abdominal homme qui déneige…. »
L’abdominal homme qui déneige ?.... 
Qu’est-ce que ça pouvait bien vouloir dire ?.....



Vous avez manqué les chapitres précédents...Pas d'inquiétude, l'ensemble de l'oeuvre est compilé sur notre site internet : https://www.letempsduregard.org/articles.php?lng=fr&pg=4333 
Participez à un échange culturel et récréatif
A vos crayons et appareils photos pour illustrer ce chapitre

Une nouvelle création de Morgan, en lien avec le chapitre 2. Merci !
Et vous, quel est votre imaginaire à la lecture de ce conte ?

Vous pouvez nous transmettre votre production par mail à : ludivine.goyet@letempsduregard.org
 
 Ensemble vivons nos différences.
Rejoignez-nous sur Facebook Rejoignez-nous sur Facebook
Notre site Notre site






This email was sent to <<Email Address>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
Le Temps du Regard · 15 rue de la Marbaudais · Rennes 35700 · France

Email Marketing Powered by Mailchimp