Copy
Consulter cette newsletter en ligne pour visionner les photos : https://us20.campaign-archive.com/?u=45bcb63963e00b3e5cb0777be&id=9576910dd1
Journal de bord "Le Temps du Regard"
N°3 - 27 mars 2020
La phrase du jour

« Attachons nous à reconnaitre le caractère si précieux de chaque journée ».
Dalai Lama

Des nouvelles de nous

La suite des petits bonheurs du quotidien dans les appartements partagés.
Au cœur de notre foyer de vie, les Huniers à Montgermont. 

Charles, lui, déambule dans le couloir. Il fait une petite marche, nous dit-il. 
Paulette lui a donc proposé d’aller faire un petit tour dans Montgermont. Il avait besoin de faire quelques courses. Ils y sont partis tous les deux.    

Patrick quant à lui, sorti de sa sieste, s’est fait réquisitionner par Paulette pour l’aider à emmener la lessive en lingerie.
Il est déstabilisé par l’intervention d’Emmanuelle qui l’a fait éclater de rire.


 

Des nouvelles de vous
Bonjour,
Tout va bien chez nous (pour l'instant), lectures, ordi, séries TV, copains au téléphone, maquettes à construire du stade du Réal Madrid, petit jardin et arrivée d'un jeune chien.
Merci de vous intéresser à nous. 
Merci à tous les salariés du Temps du Regard pour leur soutien.
Bon courage et bonne humeur !

Les parents de Léo B.
Aidez-nous à tisser un lien solidaire
Comment vivez-vous cette période de confinement ?

Envoyez-nous une photo et petit mot, racontez-nous votre quotidien!
Un chapitre du conte : Le Pangolin et le Pingouin lent
Une oeuvre littéraire débutée au premier jour du confinement par Albert Lemant, artiste écrivain et illustrateur.
A l’origine, ce texte a été pensé pour distraire ses petits-enfants mais tout ce qui est partagé fait du bien ! 
 
Chapitre 3.
 
Dans un premier temps Tchang-Lu avait cru à une farce.
Son premier assistant, Sun-Yi, qui n’avait pas son pareil pour broyer les encres et les pigments et qui était la plupart du temps d’une extrême rigueur avec les seconds et troisièmes assistants, s’amusait parfois à changer les couleurs des pots pour voir si les ouvriers s’en rendaient compte. Ce qui avait parfois donné lieu à de curieuses esquisses : une envolée de flamands roses, verts en réalité. Ou une superbe bataille de tigres dont le pelage bleu s’harmonisait magnifiquement avec des rayures rouges vifs. Mais tout ça n’était que taquineries entre apprentis, effacer entièrement un sujet d’une peinture, tout de même c’était autre chose, surtout un tel sujet et surtout d’une telle peinture ! Une commande de l’Empereur qui plus est ! Non, ce n’était pas possible. Pour un tel sacrilège, il encourait au moins cinquante coups de bâtons…Sinon pire…Tchang-Lu se mit à frissonner. « Et moi, se dit-il, si l’Empereur l’apprend, ce n’est pas des coups de bâton que je vais recevoir, mais c’est cinquante fois qu’on va me pendre, cinquante fois qu’on va me couper en cinquante petits morceaux. Mes os seront jetés aux vautours et mes poils de barbe serviront à balayer les égouts ! Je suis maudit si je ne retrouve pas ce foutu pangolin !..... »
 
Dans un deuxième temps il se demanda s’il n’avait pas trop bu, hier soir, pour fêter la fin du travail ? Et si lui-même, dans un accès d’ébriété, n’aurait pas effacé son chef d’œuvre ? Et si…tout simplement, il ne l’avait finalement pas encore peint ce pangolin ? Mais non, cela non plus ne tenait pas debout. D’ailleurs, voulant en avoir le cœur net,  il se précipita vers son bureau où se trouvait son journal de travail sur lequel était noté minutieusement chaque soir le moindre fait et geste de la journée, le moindre coup de brosse. Le journal était encore ouvert, Tchang-lu chaussa ses lunettes, se pencha.
La dernière phrase ne laissait planer aucun doute, car de sa plus belle calligraphie le peintre avait écrit :
«  Dernier mouvement, dernière goutte de nacre, sous la lumière de l’astre de la nuit, s’ébroue enfin le fier pangolin, je peux poser mon pinceau, l’Empereur sera fier de moi ! »
 
Il fallait donc se résoudre à l’évidence : le pangolin avait bel et bien été peint, mais il n’était plus là.  Alors, aussi impensable que cela puisse paraître, Tchang-lu ne trouva pas d’autre explication que celle-ci : Le pangolin avait sauté de la toile et avait disparu.
Il ne lui restait plus qu’à partir à sa recherche…


Chapitre 4.
 
Assis en tailleur au centre de l’igloo, Tulurgglurkuk n’en revenait pas !
Effondré sur l’épaisse peau de phoque qui lui tenait lieu d’atelier et où il avait coutume de sculpter pendant les longues nuits d’hiver ces fameuses figurines qui avait fait sa renommée dans tout le Nunavut, il contemplait avec consternation sa dernière production. Ou plutôt ce qu’il en restait…
Il s’agissait d’une scène allégorique ciselée dans une impressionnante mâchoire de baleine que le conseil des anciens lui avait demandé de réaliser pour célébrer le jour du réveil du soleil. Tulurgglurkuk, outre le fait qu’il était un excellent conteur, tenait son talent de sculpteur sur os de son père, Talargglarkak, qui lui-même le tenait de son père, Tilirgglirkik, le célèbre chasseur de cachalots à fourrure.
La commande des anciens avait été pour lui un grand honneur. Le travail lui avait pris des mois, il y avait passé ses jours et ses nuits et était particulièrement fier du rendu. Il était le seul sur cette portion de banquise à pouvoir rendre avec autant de finesse la puissance des léopards de mers ou la douceur bleutée des manchots arctiques.
Sauf que, ce matin, ni finesse, ni puissance sur la mâchoire d’albâtre.
Les petits yeux ronds de Tulurgglurkuk avaient beau fixer l’objet dans tous les sens, la gravure du grand pingouin boréal, animal emblématique d’Atanarjlokk le chef du clan, gravure qu’il avait mis tant de temps à tailler, n’existait plus.
Elle avait été comme effacée !
Le pingouin s’était fait la malle…

 
Participez à un échange culturel et récréatif
A vos crayons et appareils photos pour illustrer ce chapitre
Vous pouvez nous transmettre votre production par mail : ludivine.goyet@letempsduregard.org
 Ensemble vivons nos différences.
Rejoignez-nous sur Facebook Rejoignez-nous sur Facebook
Notre site Notre site






This email was sent to <<Email Address>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
Le Temps du Regard · 15 rue de la Marbaudais · Rennes 35700 · France

Email Marketing Powered by Mailchimp