Copy
Consulter cette newsletter en ligne pour visionner les photos : https://us20.campaign-archive.com/?u=45bcb63963e00b3e5cb0777be&id=719ef9ed38
Journal de bord "Le Temps du Regard"
N°31 - 7 mai 2020

Au temps du Coronavirus
La phrase du jour
" Hâte toi de bien vivre et songe que chaque jour est à lui seul une vie "
Sénèque
Des nouvelles de nous
Mot direction

Pour info, le Yoga en ligne continue jusqu'au mercredi 27 mai compris :

Yoga doux, accessible à tous, tous les mercredis de 9h à 9h30 (pas besoin de tenue spécifique, ni de matériel). Se connecter sur Zoom : Attention nouveau lien https://zoom.us/j/803684057
ID de réunion : 803 684 057
Mot de passe : 953752

Atelier gestion du stress par la respiration et le souffle, tous les mercredis de 11h30 à 12h. Se connecter sur Zoom :  Attention nouveau lien - https://zoom.us/j/803684057  
ID de réunion : 803 684 057
Mot de passe : 953752

Si vous souhaitez avoir de nos nouvelles plus régulièrement, suivez-nous sur Facebook ! 
https://www.facebook.com/TempsduRegard/

Des nouvelles de vous

Mot de conclusion du Président du Conseil à la Vie Sociale (CVS) de l'association

Je suis satisfais de la lettre quotidienne. Je les ai toutes lues ! J'ai apprécié avoir des nouvelles de chacun ! Merci pour cette initiative !
Je pense également a toutes les familles et toutes les personnes accueillies dans l'association. Je souhaiterais vraiment dire un grand merci et un grand "coup de chapeau" a tous les professionnels et les bénévoles qui ont été auprès de nous tous les jours. Je pense à Marie, Didier, Stéphanie, Yaël, Mr Trellu (qui tape fort sur ses casseroles), Tatiana, Jean François, Fred, Samuel et Nadia (qui interviennent aux Haubans). 
Je souhaiterai aussi dire un grand merci à Ludivine pour tout ce qu'elle fait pour l'association et le projet d'Acigné et à Valérie la secrétaire pour sa présence. 


Philippe 

Deux chapitres du conte : Le Pangolin et le Pingouin lent
Une oeuvre littéraire débutée au premier jour du confinement par Albert Lemant, artiste écrivain et illustrateur. A l’origine, ce texte a été pensé pour distraire ses petits-enfants mais tout ce qui est partagé fait du bien ! 
Chapitre 45.

« Mmmmmm…gémit Arakara en se tortillant
« Tais-toi tu me fatigues, grommela Acocoyotl toujours penché sur sa carte.
« Mmmm…Mmmm…gémit Urukuru, les yeux exorbités.
« Toi aussi tu me fatigues, continua l’aztèque.
« Mmmmm ! Mmmmm ! Mmmmm…gémit le colibri, qui dardait désespérément son petit bec fin au-dessus de la tête d’Acocoyotl.
« Vous me fatiguez tous les trois…Vous ne voyez pas que…
« MMMMMMMMMMmmmm…fit une grosse et quatrième voix métallique derrière Acocoyotl, MMMMmmmmm….Ahhhh Caramba !…Santa-Maria soyez bénie ! Ca va mieux sans la visière !... »

Acocoyotl lâcha sa carte de stupeur. Il se leva, se retourna et se retrouva nez à nez avec un étrange personnage qui le toisait avec dédain.
Le dépassant de deux bonnes têtes, l’individu était entièrement harnaché de feuilles de métal plus ou moins cabossées qui le recouvraient des pieds jusqu’aux épaules. Des lambeaux de cottes de maille pendouillaient lamentablement entre les jointures des bras et des jambes. Sur la tête une espèce de pot de fer troué lui tenait lieu de casque. La visière en était à moitié arrachée et laissait entrevoir un visage émacié agrémenté d’une moustache et d’une barbiche aussi pelées l’une que l’autre. Sous d’épais sourcils broussailleux, deux yeux narquois observaient avec un mépris amusé le pauvre Acocoyotl. L’homme se pencha vers lui, lui tendit le long bout de ferraille rafistolé qu’il portait à ses côtés et dit :
«  Tenez mon brave, prenez ma noble lance et faites la briller je vous prie. Il ne sera pas dit que je me présente aux gentes dames de la cour de L’empereur avec des armes usées. Nous, les fiers chevaliers de la suite du très honorable seigneur et grand capitaine Hernan Cortez de Monroy, avons une certaine idée de l’honneur, choses que vous, les indigènes, ne pouvez comprendre… »
Devant l’air ahuri d’Acocoyotl, il continua l’air contrarié :
« Madre de Dios, si vous n’y arrivez pas il va falloir vous montrer les bonnes manières ! Heureusement mon fidèle domestique va vous montrer comment procéder ! Le bougre est un peu rustre mais efficace et bon garçon… »
Un petit bonhomme rondouillard et rougeaud fit son apparition, les bras couverts de ballots et d’ustensiles de cuisine. 
«  Me voilà, me voilà, mon bon et généreux et grand et majestueux maître, j’arrive j’arrive… 
«  C’est un Andalou voyez-vous, poursuivit le grand escogriffe devant un Acocoyotl sidéré, et chez les Andalous le sang bouillonne, c’est pourquoi au lieu de l’appeler vulgairement Pedro…ou Ernesto… je l’ai nommé « Sang-Chaud »…Allez mon bon Sang-Chaud,  viens un peu par ici !... »
 «  Mais qui êtes-vous enfin ? réussit à articuler Acocoyotl, reprenant peu à peu contenance.
« Comment qui je suis, gronda le curieux personnage, qui je suis ?...Mais tout le monde me connaît voyons, de Tolède jusqu’à Valladolid, de Vera Cruz jusqu’à Coatépoc, de l’Andalousie jusqu’à Tenochtitlan, tout le monde chante les louanges et les faits d’armes du très magnifique gentilhomme et plaisant et ingénieux hidalgo…
C’est-à-dire moi : Don Quijote de la Mancha !... »

« Y muy loco !.... » fût à cet instant, ce que Sang-Chaud pensa…

Chapitre 46.

Trois petites fourmis filaient sous la lune, 
Au rassemblement, seront en retard.
Trois petites fourmis, mais quelle infortune, 
A la conférence, ce sera trop tard !
Dans la brousse s’étiraient leurs ombres. 
Trois seulement était leur nombre…

Moussa Moussa se faufilait silencieusement entre les buissons et les herbes folles, courbé en deux, son macaque dans la tignasse, il suivait à bonne distance les trois insectes qui fonçaient à toute allure vers la morte forêt des baobabs desséchés.
« J’ai un mauvais pressentiment, ô Moussa Moussa mon cher nid chevelu…Les baobabs desséchés, c’est un endroit maudit où les humains n’ont pas le droit de mettre les pieds, tous les macaques savent ça…
« Quand est-ce que tu as déjà eu un bon pressentiment, petit macaque mon hôte bavard et lâche ? soupira Moussa Moussa, de plus, aux dernières nouvelles tu n’es pas vraiment humain et moi je le suis seulement quand j’en ai envie…Et qui te dit que nous allons y mettre les pieds ? Mais chut ! Nous arrivons…»

La réputation de la morte forêt des baobabs desséchés n’était pas surfaite. Elle avait été, en des temps lointains, un des plus beaux massifs de baobabs du pays. La vie y était riche et animée, on y venait de loin pour palabrer sous des frondaisons habitées par des hordes d’oiseaux de toutes espèces.
Mais une nuit, alors que le ciel d’été était constellé d’étoiles, un monstrueux orage éclata subitement et une nuée d’éclairs embrasa les arbres millénaires. 
Tout fut calciné en une fraction de seconde. Il ne resta plus, au milieu d’une montagne de cendres, qu’un étrange cercle d’arbres à demi consumé dont les quelques branches pétrifiées pointaient vers le ciel leurs maigres et suppliants moignons. L’endroit fut frappé d’interdit et nul n’y alla plus désormais. On le disait hanté par les esprits. Seul le fou du village disait avoir vu, certaines nuits de pleine lune, d’étranges processions de colonies d’insectes s’y diriger. Personne ne l’avait cru. On aurait dû…

Trois petites fourmis filaient sous la lune,
Trois petites fourmis couraient dans le sable,
Trois petites fourmis, mais quelle infortune,
Au milieu des arbres, elles furent innombrables…



Vous avez manqué les chapitres précédents ou vous voulez poursuivre la lecture des chapitres suivants...pas d'inquiétude, les chapitres d'ores et déjà diffusés dans la newsletter quotidienne sont compilés sur notre site internet : https://www.letempsduregard.org/articles.php?lng=fr&pg=4333 
Participez à un échange culturel et récréatif
A vos crayons et appareils photos pour illustrer ce chapitre
Vous pouvez nous transmettre votre production par mail à : ludivine.goyet@letempsduregard.org
 Ensemble vivons nos différences.
Rejoignez-nous sur Facebook Rejoignez-nous sur Facebook
Notre site Notre site






This email was sent to <<Email Address>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
Le Temps du Regard · 15 rue de la Marbaudais · Rennes 35700 · France

Email Marketing Powered by Mailchimp