Copy

La Lettre d'information du 4 rue du Vieux Temple, lieu de travail partagé et d'activités culturelles


 

Cruelle ironie de la rentrée.

Le Médiastère retrouvait tout juste une activité normale, mais le voilà de nouveau déserté. La saison confinée touche durement les indépendant·e·s que nous sommes, et très vite le débat a repris en visio-conférence : tu préfères être isolé·e ou avoir la COVID ?

Mais bien que l'actu soit pauvre, que les vaches soient maigres, rien n'empêchera l'indispensable Lettre du Médiastère d'arriver dans vos boites email — déjouant tous vos efforts pour vous désabonner.

Mais que s'est-il passé en un mois ?

 

COURT-MÉTRAGE D'ANIMATION

CAMILLE & RÉJANE ONT FAIT UNE VIDEO


C'est donc Camille & Réjane® qui ont réalisé ce court-métrage pour la soirée Kino Grenoble du 20 octobre dernier.
Le thème en était  « Hibernation ».
Le résultat = une animation en stop motion qui donne une autre perspective sur les contes de notre enfance, du point du vue du consentement.
📺 Cliquez ici pour regarder la vidéo

C'est quoi le Kino Grenoble ?
Le concept = « Un thème et 30 jours pour faire un film de 3 minutes. »
On a compté et ça fait seulement six secondes par jour. Lancez-vous alors !
🔷 Voir le Kino Grenoble sur Facebook
MÉDIASTERIENNE DU MOIS

TOUT CE QUE VOUS VOULIEZ SAVOIR SUR
ESTHER

Q : Bonjour Esther ! Tu es arrivée il y a peu au Médiastère et tu exerces le métier de photographe. Est-ce que tu peux nous parler de ton approche ?

Esther : Je photographie essentiellement du portrait alors le rapport à l’autre c’est ce qui m’anime le plus : la rencontre, l’échange et le partage. La technique ça s’apprend, ça se développe, ça s’affine au cours du temps, mais le plus important c’est de savoir se rendre disponible pour vivre des instants authentiques.

Pour moi une séance réussie, au-delà des photos, c’est une séance où l'on passe un bon moment, où l'on construit de vrais souvenirs et non des scènes fabriquées.


Q : Le Médiastère te permet-il de développer ton activité ?

Esther : Le Médiastère m’offre un cadre de travail proche de ce que j’ai pu connaître dans ma vie salariée. Ne pas travailler à l'endroit où je vis quotidiennement est essentiel pour mon équilibre. Je suis encore toute nouvelle dans la vie d’entrepreneure, et bien que j’aime l’autonomie et la liberté que ce statut m’apporte, je dois encore me familiariser avec la gestion du temps et apprendre à séparer ma vie personnelle et ma vie professionnelle. Le Médiastère en tant que local me permet ceci.
Mais le Médiastère ce sont aussi des gens, des rencontres, des discussions, des conseils avisés, des fous rires et des repas collectifs qui font du bien au moral !


Q : Pourquoi le graphisme et la photographie en même temps ?

Esther : La photo me permet de développer mes aptitudes sociales, d'échanger avec les autres, de saisir des instants... 
Le graphisme, a contrario, me permet une expression plus personnelle, en partant de ce que j’aime, de ce que j’ai envie de communiquer. 

J’adopte une posture différente en fonction de mes deux activités.
En photo je suis plus réceptive à ce que mes client·e·s sont, j’ai une attitude plus observatrice.
En graphisme je suis beaucoup plus dans la proposition. Les client·e·s me choisissent (ou non) parce qu’ils aiment mes créations, mon univers, parce qu’ils se reconnaissent dans ce que je propose. 

Ce sont deux manières différentes de m’exprimer créativement et je suis heureuse de pouvoir allier les deux. Pour moi c’est très complémentaire. 

Q : Merci ! On se retrouve sur https://www.ekphotograph-is-me.com/
 
LES DESSOUS DE L'ASSOCIATIF

BACKSTAGE : LA SOLIDARITÉ AU MÉDIASTÈRE
 

💡 Le saviez-vous 

Le Médiastère n'est pas un coworking comme les autres, on n'arrête pas de le dire dans cette Lettre.



Mais concrètement, ça correspond à quoi à part avoir un château en plastique 
 
Thinking Face on Apple iOS 14.2

Suite à de nombreuses péripéties, il existe maintenant 3 mécanismes de solidarité, qui agissent de manière conjointe pour adoucir les écarts de fortune entre les résidents.
  • 1. Une réduction de la cotisation sur demande de 40%, trois fois dans l'année.
  • 2. Le statut Fantomas, un mécanisme pour garder sa place en cas de ralentissement d'activité.
  • 3. Le congé maternité, un mécanisme pour garder sa place pendant ou après une grossesse.

Chaque mois, un surplus de cotisation est demandé aux membres, la fameuse "couenne", qui va alimenter un pot commun pour les achats collectifs (dont des protections périodiques).

Ainsi, il existe un petit peu de solidarité financière entre les membres d'un espace composé de travailleurs farouchement indépendants, qui par ailleurs vendraient leur famille pour échapper à l'URSSAF.

Et ça, c'est pas grand chose mais ça fait toujours plaisir.
 
Notre Facebook
Notre Twitter
Website


Si vous ne vouliez pas véritablement recevoir ces emails, vous pouvez vous désinscrire avec ce lien. Nous vous prions d'accepter toutes nos excuses pour le dérangement.

 unsubscribe from this list.

Email Marketing Powered by Mailchimp