Copy
View this email in your browser

C’est une première.

Une première pour nous bien sûr puisque vous avez sous les yeux notre première newsletter. Mais aussi une première pour vous. Avec votre soutien, TheMetaNews, le premier média à destination des chercheurs en France, est en train de voir le jour.

Pourquoi Meta ? Parce que ce qui se trame au-delà de la paillasse est aussi important que ce qui se passe dedans.

Politique, emploi, carrière, vie du labo… Retrouvez donc toutes les semaines l’actualité de la recherche du point de vue des chercheurs.

Pour vous, c’est gratuit (même si ça ne le restera pas éternellement). Nous vous demandons une seule chose : sous chaque info, vous trouverez un bouton “+” ou “-”. Si vous aimez cette info, cliquez “+” ! SInon… on s’est compris. Cela nous permettra d’améliorer TheMetaNews.

Alors, souhaitez-vous devenir Meta-testeur ?

Laurent&Eddie

 
Transférez cet e-mail : vos amis peuvent s'inscrire ici !

JAMAIS NEGATIF

A quand une culture du résultat négatif ? Cette question récurrente a à nouveau été posée lors du colloque "Intégrité et science ouverte" l’Office français de l’intégrité scientifique (Ofis) le 4 avril dernier. Agnès Henri, directrice générale d’EDP Sciences y a en effet plaidé pour pour "un journal des recherches qui n’ont pas abouti" (Source AEF). Ce genre de journaux existe pourtant déjà, y compris en France, grâce au Journal of negative results, fondé par quatre chercheurs, dont Thibaut Marais de l’institut de myologie (Paris), qui pointe que “les chercheurs estiment toujours que les résultats négatifs n’ont pas de valeur, même si 90 % des financements de la recherche n’aboutissent à aucune publication. Pour obtenir des fonds, il faut toujours actuellement publier des résultats positifs.” Journal of Negative Results in Biomedicine, un des pionniers de la démarche, a cessé de publier en 2017. D’autres existent encore aujourd’hui, comme The All Results Journal ou The missing pieces, édité par PLoS, ou New Negatives in Plant Science.

Si solution il y a, elle passera par un travail de longue haleine : “Sur le principe, tout le monde est d'accord mais quand il s’agit de publier, il y a énormément de réticences (...) Le travail d’influence doit se faire sur les jeunes, les mentalités des chercheurs déjà en poste depuis un certain temps sont plus difficiles à changer.” L’équipe du Journal of negative results compte emprunter un biais original. Pour lui “donner une nouvelle impulsion”, Thibaut Marais parie sur l’éthique animale (voir d’ailleurs l’article ancre AND MICE) : “Nous mettons en avant lors des journées de formation à l’expérimentation animale que publier des résultats négatifs permet de respecter les règles éthiques et de satisfaire à la règle des 3 R (réduire, raffiner, remplacer, NDLR).” Cela suffira-t-il à faire basculer les mentalités ? Errare humanum est, perseverare diabolicum.

Share
Tweet
Forward

OUTIL

Le guide du routard du site de l’ANR. Il y a du nouveau côté web pour l’Agence nationale de la recherche (ANR), qui a annoncé il y a quelques jours la refonte de son site. Vous pourrez dorénavant le consulter plus confortablement sur mobile et tablette ; les appels à projet sont rassemblés sur cette page. Alors, convaincus ? (Faites “répondre à” ce mail)

C’EST VOTRE AVIS

Utilisez-vous l'écriture inclusive ? 
 Oui, systématiquement
 Oui, parfois
 Non, rarement
 Non, jamais
 NSP

Vous aurez toutes les réponses dans le numéro suivant !

OUTIL

Qui d’entre vous a utilisé Typeset.io ? Rentrez votre texte, rentrez vos citations dans un formulaire en ligne, cliquez… puis envoyez votre future publication à une flopée d’éditeurs scientifiques, formatée comme ils la souhaitent, dans le même geste. La promesse est alléchante. Créée en 2014, Typeset.io, qui semble mieux implantée dans la recherche anglo-saxonne qu’hexagonale, promet des exports compatibles avec plus de “100 000 revues”, le tout à prix somme toute modiques. On veut bien votre avis par retour de mail ! (Un simple “répondre” à cette news)

UN CHIFFRE

5,5 % 

c’est la proportion de chercheurs étrangers dans le secteur privé en 2015. Elle est plus du double dans le public (13,1%). (Source : MESR)

EMPLOI

Un “CDD de chantier” dans la recherche ? Ce n’est qu’un projet de loi mais il fait déjà parler de lui. Le projet de loi de transformation de la fonction publique, présenté par le gouvernement en février dernier, devrait être voté avant l’été. Son article 8 crée “un nouveau type de contrat à durée déterminée au sein de la fonction publique, le contrat de projet”, parfois appelé CDD de chantier, dont le principe est simple : le contrat cesse une fois le projet abouti, sans qu’une durée soit prévue. “Formidable opportunité pour réellement organiser la compétition entre les chercheurs”, comme on a pu le lire ou précarisation supplémentaire d’un secteur ou la proportion de contractuel est déjà très élevée ? 

Pour Patrick Monfort, président du Syndicat national des chercheurs scientifiques (SNCS), “Cela ne changera pas grand chose, la durée des contrats à durée déterminée dans la recherche dépendant déjà de ressources extérieures, par exemple l’Agence nationale de la recherche. En revanche je crains que la limite de durée de six ans de CDD consécutifs au bout de laquelle le contrat doit être transformé en CDI ne soit annulée ; il faudra surveiller les décrets”. Au rythme de nos institutions et du Journal officiel, cela prendra au moins un an.

HONNEUR FISCAL

Les bonnes nouvelles n’arrivent parfois pas seules. Jugez plutôt : si vous avez la chance de remporter un de ces jours le prix "Bower Award and Prize for Achievement in Science" (220 000 euros environ), le prix Massry (35 000 euros environ), le Millenium technology prize (1 million d’euros) ou le prix Kavli dans les nanosciences ou les neurosciences (1 million de dollars), sachez que depuis le 14 avril dernier, ces sommes ne seront plus soumises à l’impôt sur le revenu. Pour le prix Nobel, c’était déjà le cas. (Source : Journal officiel/AEF)

IL L’A DIT

"Au niveau politique, (sur l’open science), le discours est toujours très disruptif, mais dans la pratique, si on crée une rupture, on risque de perdre les chercheurs."

Alexei Grinbaum (CEA-Saclay) (Source : AEF)

GEEK TOUJOURS

Parler de réplicabilité c’est bien, le faire c’est mieux. Le learning lab de L'Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria) propose un Mooc gratuit et accessible à tous (doctorant, chercheur, étudiant ou ingénieur) pour passer de la théorie à la pratique et “améliorer votre prise de notes, votre gestion des données et des calculs”, entre autres. Pour s’inscrire c’est là (vous avez jusqu’au 4 juin).

CHEZ LA SOURIS !

Les meilleures idées sont souvent les plus simples. Et la petite mécanique qu’a inventé le chercheur américain James Heather est extrêmement simple, donc géniale. Pour tourner en ridicule les articles de presse pointant des résultats préliminaires chez l’animal hors contexte, laissant croire aux internautes qu’il s’agit de recherche clinique, il ne lui suffit que de retweeter l’article en question avec la mention IN MICE. Un exemple ? “Cannabidiol May Worsen Glaucoma, Raise Eye Pressure“ IN MICE. Un autre ? “Eating garlic can help to prevent age-related memory loss”. IN MICE. Comique de répétition garanti. 

>> Il explique toute sa démarche et son amour du café dans un post Medium bien senti.

ET NOUS ET NOUS ET NOUS...

La recherche grande oubliée du Grand Débat ? Si le gouvernement a bien prévu une loi de programmation de la recherche pour le 1er janvier 2021 - nous y reviendrons plus longuement dans les prochains numéros de TheMetaNews -, n’en reste pas moins que les chercheurs n’ont que peu été entendu au sein de cet agora national... à l’exception notable du Grand débat pour la valorisation de la recherche, qui s’est tenu le 10 avril dernier à Paris. 

Manque de reconnaissance, sous-valorisation du doctorat, les problèmes sont nombreux et ce n’est pas le Grand débat des idées organisé au débotté à l’Elysée le 18 mars dernier avec une soixantaine d’intellectuels, dont une poignée de chercheurs, dont Serge Haroche, prix Nobel de physique 2012, Jean Jouzel, climatologue ou Cédric Villani, mathématicien déjà en marche, qui auront permis de les aborder.

ET POUR FINIR

La controverse de Notre-Dame. Voir la cathédrale de Paris tomber en flammes, qu’on soit religieux ou non, ça remue… mais ça n’empêche pas de ramener à raison ceux qui voient des miracles à tous les coins de rue. Car, de miracle, il n’y a point eu le 16 avril dernier.

Avez-vous apprécié cette première newsletter TheMetaNews ?
Merci de lui donner une note entre 1 et 10

lowest 1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   highest
Sorry, voting is closed.

Qui sommes-nous ?

Laurent Simon

Né depuis une quarantaine d’année, journaliste depuis quinze ans, dont dix ans de rédaction en chef en presse pro pendant dix ans, pharmacien de formation et récemment diplômé du master médias de Sciences po Paris, où TheMetaNews a été pensé pour la première fois. Ho et il a un père chercheur qui y est certainement pour quelque chose dans tout ça.

Eddie Barazzuol

Né également depuis une quarantaine d’années, il est passé par Le Figaro, la PQR, AEF ou La Recherche où il a pêle-mêle exercé ses compétences en communication, marketing mais aussi organisation d’évènements. Freelance depuis 2018, il n’a plus quitté la compagnie des chercheurs, puisqu’il a développé et lancé la grande enquête GenerationPhD sur les doctorants. 

Copyright © 2022 *|LIST:COMPANY|*, All rights reserved.


Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list.

Email Marketing Powered by Mailchimp